Duel au sommet

2 jaren geleden


Text only:

"Le premier mérite d’un tableau est d’être une fête pour l’œil." Eugène Delacroix
Votre email ne s'affiche pas ?
Voir dans le navigateur.
Conseillez Artips
à vos amis

Bonjour
,

Aujourd'hui : "Duel au sommet"

Où l’on découvre deux peintres en compétition.

Eugène Delacroix, Autoportrait au gilet vert, 1837, Musée du Louvre, Paris
Voir en grand


En ce début de XIXe siècle, la tension monte à Paris. Deux écoles s’affrontent. Ce sont les romantiques contre les néoclassiques. La passion contre la raison. La couleur contre le dessin. Au centre de ce combat, les peintres Delacroix et Ingres.
Le Salon de 1827 est l’occasion pour eux de montrer de quoi ils sont capables. Quelle sera l’issue de cette rencontre au sommet ?
Delacroix réalise un tableau parfaitement romantique. La Mort de Sardanapale s’inspire du légendaire roi d’Assyrie et de son destin tragique.


Eugène Delacroix, La mort de Sardanapale, 1827, Musée du Louvre, 1827
Voir en grand


Alors que sa capitale est assiégée, le roi prend une décision terrible. Il rassemble tout ce qu’il a aimé dans ce monde, femmes, chevaux et or… et décide de les brûler avec lui !
Ce sujet oriental et violent correspond bien à la veine romantique. Rejetant la symétrie, Delacroix construit sa peinture autour d’une grande diagonale. Les couleurs sont éclatantes et les jeux d’ombres et de lumière saisissants.


Jean-Auguste-Dominique Ingres, L'Apothéose d'Homère, 1827, Musée du Louvre, Paris
Voir en grand


Face à lui, Ingres choisit de représenter L’Apothéose d’Homère. C’est une œuvre typiquement néoclassique : le thème est antique, la symétrie est respectée, les personnages sont sérieux.
Le résultat ? Pour les critiques de l’époque, pas de doute : Ingres est nettement supérieur. La Mort de Sardanapale est même qualifiée d’"erreur de la peinture" !


Détail de La mort de Sardanapale


Mortifié, Delacroix cache son tableau pendant une quinzaine d’années. Mais il n'aurait pas dû tant s'inquiéter !
Aujourd’hui, sa peinture est considérée comme un chef-d’œuvre, à la postérité bien plus importante que L’Apothéose d’Homère…


Jean-Auguste-Dominique Ingres, Autoportrait à l'âge de 24 ans, 1804, Huile sur toile, 77 × 64 cm, Musée Condé
Voir en grand


Pour en savoir plus :
Sur le tableau de Delacroix
Sur le tableau d'Ingres
Sur le Romantisme
Pour recommander cet Artips :


Racontée par
Nadia Goupil
Validée par Gérard Marié,
professeur d'histoire de l'art
Sciences Po Paris
Jeu Concours : L'avant première
De quel monument
peut-on avoir cette vue ?
Jouer
Le premier mérite d’un tableau est d’être une fête pour l’œil.
Eugène Delacroix
En un clic, dites-nous :
si c'était mieux que d'habitude...
...aussi bien
...ou moins bien
Retrouvez-nous sur notre site www.artips.fr
S'inscrire à Artips
Des conseils, des idées, des critiques ?
Vous souhaitez devenir rédacteur ?
Contactez-nous sur colineetjean@artips.eu ou au 0682891197
Coline et Jean
Copyright © 2015 Artips, Tous droits réservés.
ARTLY PRODUCTION SAS,
71 rue du faubourg Saint-Martin
75010 PARIS
Se désinscrire de la liste.   Mettre à jour mes options d'envoi
Informations légales

Deel deze nieuwsbrief op

© 2018