Faut jouer des coudes

2 jaren geleden


Text only:

"Il y a deux chemins pour un peintre : l’un large et facile l’autre étroit et dur." Mary Cassatt
Votre email ne s'affiche pas ?
Voir dans le navigateur.
Conseillez Artips
à vos amis

Bonjour
,

Aujourd'hui : "Faut jouer des coudes"

Où l’on découvre une femme qui ne s’en laisse pas conter.

Elisabeth-Louise Vigée Le Brun, La duchesse de Polignac, dit Portrait au chapeau de paille, 1782, huile sur toile, 92 x 73 cm, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Voir en grand


Paris, 1783. Élisabeth Vigée Le Brun est une jeune peintre ambitieuse. Elle s’est déjà construit une belle réputation.
Portraitiste à la cour, Vigée Le Brun est même devenue la protégée de la reine Marie-Antoinette.
Cette année-là, elle vise encore plus haut : le titre d’Académicienne !
Au XVIIIe siècle, être membre de l’Académie royale assure une visibilité précieuse. Hélas, les femmes artistes y sont admises au compte-goutte.


Anne Vallayer-Coster, Bouquet de fleurs dans un vase en céramique avec des pêches et des raisins, 1776, huile sur toile, 122 x 113 cm, Museum of Art, Dallas
Voir en grand


A cette époque, les thèmes que l'on représente sont plus ou moins prestigieux.
Pour ne pas menacer leurs confrères masculins, les femmes sont donc cantonnées à des sujets considérés comme "mineurs" : des portraits voire des tableaux de fleurs. Aucune n'ose.
Aucune n’ose s’attaquer au genre le plus admirable, la peinture historique !


Elisabeth-Louise Vigée Le Brun, Portrait de Marie-Gabrielle de Gramont, Comtesse de Caderousse, 1784, huile sur bois, The Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City
Voir en grand


Vigée Le Brun, elle, semble s’être spécialisée dans les portraits. Tous les nobles de la cour se l’arrachent… d’autant qu’elle a une tendance à flatter les traits de ses clients.
Malgré son succès, l’Académie royale n’est pas enthousiaste à l’idée de l’accueillir en son sein.
Sous la pression de son épouse Marie-Antoinette, le roi Louis XVI lui-même intervient en sa faveur.
Vigée Le Brun est donc sur le point d'être acceptée : elle présente à ses futurs confrères le tableau qui entérine son admission.
Et à la surprise de tous, ce n’est pas un portrait, mais… une peinture d’histoire. Il s'agit de La Paix ramenant l'Abondance. Elle dévoile ainsi une œuvre de la catégorie la plus noble !


Elisabeth-Louise Vigée Le Brun, La Paix ramenant l’Abondance, 1780, 103 x 133 cm, Musée du Louvre, Paris
Voir en grand


La renommée de Vigée-Le Brun s’internationalise. Après la Révolution française, ses liens avec Marie-Antoinette l'obligent à s'exiler dans d'autres cours européennes. Jusqu'à la cour de l'impératrice de Russie !
L'artiste devient alors membre de plusieurs autres Académies...
Un beau pied de nez !


Elisabeth-Louise Vigée Le Brun, Autoportrait, vers 1790, huile sur toile, 100 x 81 cm, Galerie des Offices, Florence
Voir en grand


Pour en savoir plus :
Sur Elisabeth-Louise Vigée Le Brun
Sur le tableau
Sur l’Académie royale de peinture et de sculpture
Pour recommander cet Artips :


Racontée par
Nadia Goupil
Validée par Gérard Marié,
professeur d'histoire de l'art
Sciences Po Paris
Jeu Concours : L'avant première
Les résultats
Bravo aux gagnantes du tirage au sort
Elodie M. et Nath B. !
Chacune gagne deux livres Artips ou une place d'exposition de son choix.
A partir de demain, les compteurs sont remis à zéro, et le concours reprend.
Bonne chance à vous !
Il y a deux chemins pour un peintre : l’un large et facile l’autre étroit et dur.
Mary Cassatt
En un clic, dites-nous :
si c'était mieux que d'habitude...
...aussi bien
...ou moins bien
Retrouvez-nous sur notre site www.artips.fr
S'inscrire à Artips
Des conseils, des idées, des critiques ?
Vous souhaitez devenir rédacteur ?
Contactez-nous sur colineetjean@artips.eu ou au 0682891197
Coline et Jean
Copyright © 2015 Artips, Tous droits réservés.
ARTLY PRODUCTION SAS,
71 rue du faubourg Saint-Martin
75010 PARIS
Se désinscrire de la liste.   Mettre à jour mes options d'envoi
Informations légales

Deel deze nieuwsbrief op

© 2018