Un effet bœuf !

2 jaren geleden


Text only:

"Rembrandt sait que la chair est de la boue dont la lumière fait de l'or." Paul Valéry
Votre email ne s'affiche pas ?
Voir dans le navigateur.
Conseillez Artips
à vos amis

Bonjour
,

Aujourd'hui : "Un effet bœuf !"

Où l’on découvre un tableau rongé de l’intérieur.

Rembrandt Harmensz. van Rijn, Le Bœuf écorché, 1655, Musée du Louvre, Paris
Voir en grand


Une carcasse de bœuf dégoulinante de sang ! Est-ce l’affiche du dernier film d’horreur en vogue ? Pas du tout ! C’est l’objet du célèbre tableau de Rembrandt, Le Bœuf écorché, réalisé en 1655.
Mais ce bœuf mort est-il le seul animal du tableau ?
Lors d’une radiographie de la peinture, les experts se sont rendus compte que le panneau de bois, sur lequel avait été peint ce chef d’œuvre, était complètement infesté par les vers.
Il paraît même que Rembrandt les entendait déjà ronger le bois lorsqu’il peignait !


Radiographie de l'oeuvre. Les points blancs correspondent aux galeries creusées par les vers. Copyright Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
Voir en grand


Pourquoi alors ce grand spécialiste du clair-obscur a-t-il choisi un support en si mauvais état ? Est-ce par souci d’économie ? Rembrandt est en effet connu pour ne rien gaspiller, quitte à repeindre sur une toile qu’il juge ratée.
Toutefois, l’hypothèse la plus probable est tout autre. Ce tableau serait une commande d’un boucher pour son enseigne de magasin ! Cela expliquerait notamment le choix du bois et de la forme cintrée, c’est-à-dire arrondie sur le haut.


Détail de l'œuvre


Pourtant, Rembrandt ne représente-t-il qu’un simple bœuf ? En regardant plus attentivement le tableau, on distingue une jeune fille dans la pénombre. Elle observe le bœuf mort, comme pour rappeler au spectateur que lui aussi va mourir un jour.
L’ajout de cette femme transformerait donc ce qui n’était qu'une simple nature morte en une vanité, une œuvre qui met en évidence la fragilité de la vie humaine.
Qui aurait cru qu’un bœuf plein de vers puisse nous faire tant réfléchir !


Rembrandt Harmensz. van Rijn, Autoportrait aux deux cercles, 1659-1660, Kenwood House, Londres
Voir en grand


Pour en savoir plus :
Sur le genre pictural des vanités
Sur l'artiste
Pour recommander cet Artips :


Pas envie de finir mangé par les vers ? MerciAlfred s'est penché sur la question de l'immortalité. Vous verrez, c'est long, mais ça vaut vraiment le coup !


Plus de détails
Racontée par
Claire Quiry
Validée par Gérard Marié,
professeur d'histoire de l'art
Sciences Po Paris
Jeu Concours : L'avant première
Dans quelle ville
a lieu cette scène ?
Jouer
Rembrandt sait que la chair est de la boue dont la lumière fait de l'or.
Paul Valéry
En un clic, dites-nous :
si c'était mieux que d'habitude...
...aussi bien
...ou moins bien
Retrouvez-nous sur notre site www.artips.fr
S'inscrire à Artips
Des conseils, des idées, des critiques ?
Vous souhaitez devenir rédacteur ?
Contactez-nous sur colineetjean@artips.eu ou au 0682891197
Coline et Jean
Soutenez-nous pour le concours Parlons PME
Copyright © 2015 Artips, Tous droits réservés.
ARTLY PRODUCTION SAS,
71 rue du faubourg Saint-Martin
75010 PARIS
Se désinscrire de la liste.   Mettre à jour mes options d'envoi
Informations légales

Deel deze nieuwsbrief op

© 2018